Presentation

« Ricercar » est un programme de recherche en musicologie du Centre d’études supérieures de la Renaissance (Université de ToursCNRSMinistère de la Culture). Il est composé d’une équipe permanente dirigée par Philippe Vendrix et de chercheurs associés.
Il articule ses activités autour de 3 pôles :

  1. La recherche en musicologie
  2. La valorisation du patrimoine musical
  3. La constitution d’un fonds documentaire

Les actions menées au sein du programme sont multiples et se concrétisent sous des formats différents en fonction des orientations proposées par son directeur et son équipe. Les humanités numériques y occupent une place centrale au travers d’outils de visualisation et d’exploitation de corpus, de reconstitution d’espaces sonores et la constitution d’un fonds documentaire en lien avec les projets.

Philosophie de travail
Organisé autour de spécialistes en analyses des sources historiques et culturelles du CNRS, les actions sont réparties au gré des compétences et des désirs de chacun à s’investir dans un domaine ou dans un autre. L’équipe est régulièrement amenée à répondre aux besoins de chercheurs, qu’ils appartiennent ou non au CESR, autant sur le plan administratif – dépôt et suivi de projets régionaux, européens et internationaux, que sur le plan scientifique et technique – coordination éditoriale, valorisation des données de la recherche, développement et mise en place d’outils, organisation de séminaires, d’écoles d’été thématique et de colloques.

Les actions
Les actions menées au sein de « Ricercar » reflètent la dimension internationale dans laquelle s’inscrit le programme de recherche. En participant régulièrement aux colloques et congrès, en organisant des séminaires, des colloques et des journées d’études sollicitant la communauté internationale (Colloque Johannes Ockeghem (1997) – MedRen (2005) – Le projet européen Aux confins de l’humanisme musical (2012) – Music Encoding Conference (2017), en organisant des longs séjours pour des professeurs invités (Le STUDIUM), le programme Ricercar, depuis sa création par Jean-Michel Vaccaro, n’a cessé du publier les travaux de chercheurs du monde entier à travers la collection « Épitome musical » qui compte aujourd’hui près de 100 volumes (monographies, actes de colloque, études, éditions critiques).

Outre les publications et les manifestations, le programme Ricercar participe à de nombreux projets de recherche en collaboration avec d’autres université, françaises et étrangères. Depuis plus de 10 ans le programme Ricercar et Haverford College (Pennsylvanie USA) entretiennent des liens privilégiés autour de projets numériques et collaboratifs (DuChemin, Lost Voice Project, CRIM (Citations, The Renaissance Imitation Mass). Par ailleurs des corpus spécifiques alimentent les bases de données du programme de recherche et entretiennent ainsi des relations entre chercheurs et institutions du monde entier (Renaissance Music in Croatia, Les messes anonymes du 15e siècle, Le corpus de luthistes, Gesualdo online)

La constitution de corpus (musicaux et documentaires)
La constitution de corpus musicaux a initialement été conçue dans l’optique d’accroître la publication d’éditions critiques. L’expérience numérique du projet Gesualdo online et les nouvelles technologies confortent le virage pris depuis quelques années fondé sur la construction de corpus numérique en ligne.  C’est ainsi, que dans le cadre du Consortium musica de la TGIR Huma-num, l’équipe « Ricercar » a développé un outil en open source (TiKiT•MUSICA) qui permet l’organisation, la visualisation et la valorisation des données musicales. En offrant un tel outil préprogrammé pour le stockage, l’archivage et la diffusion des données, le programme « Ricercar » souhaite sensibiliser la communauté dans l’utilisation de formats pérennes d’encodage (MEI) et dans la normalisation des données descriptives (métadonnées) suivant le standard Dublin core.

La constitution de corpus documentaires s’est faite quant à elle au fur et à mesure du temps, par l’accumulation des données issus des projets de recherches et des travaux individuels. Très tôt mis en forme sous Zotero, les fiches descriptives viennent compléter et enrichir la base bibliographique, le catalogue de sources au gré des projets, des collaborations et des séminaires.

La recherche
«  Ricercar » développe des outils numériques pour répondre au besoin des projets dont il est le porteur ou le partenaire. Il intègre au fur et à mesure les avancées technologiques du MEI en étroite collaboration avec ses institutions de tutelles et de la TGIR Huma-num et participe à l’élaboration de structures communes pour les métadonnées des fichiers de musique. Il porte également une attention particulière aux standards d’encodage et veille à la qualité des données dont il dispose et qu’il met à la disposition de la communauté.

En étroite collaboration avec « Intelligence des patrimoines », les projets de restitution d’espaces virtuels se déclinent en interfaces numériques (film d’animation et application de visite libre) permettant d'apprécier non seulement l'architecture de vastes édifices disparus mais aussi la production musicale qui caractérisait leur identité sonore. Des artistes, des ingénieurs du son, des conservateurs du patrimoine et des musicologues, ont réuni leurs compétences afin de reconstituer des répertoires musicaux dans les lieux de leur production, afin de mieux comprendre les dispositifs historiques, acoustiques et architecturaux mis en œuvre. Les enregistrements intègrent des applications numériques où des modèles 3D permettent à l’auditeur, grâce à une immersion sonore spatialisée, d’être au cœur de l’expérience musicale, là où l’histoire s’est écrite. http://ricercar.cesr.univ-tours.fr/ReViSMartin/

Outre les espaces, les parties manquantes dans les sources musicales des XVe et XVIe siècle sont un chantier de reconstitution dont l’enjeu est important du point de vue des techniques mise en œuvre mais également dans la redécouverte d’un répertoire qui jusqu’alors était lacunaire et donc non interprété.

La valorisation
C’est au travers d’un dispositif de médiation culturelle scientifique – le Cubiculum musicae que nous proposons un équipement d’immersion musicale et visuelle, élaboré selon des critères scientifiques afin de replacer une œuvre musicale dans son contexte. Ce dispositif se compose d’un programme scientifique, d’une structure architecturale ou d’une structure dématérialisée, d’une production audiovisuelle et numérique et enfin, d’un dispositif de communication. Accompagné d’une application web pour approfondir cette expérience et comprendre l’œuvre artistique, ce projet a pour ambition de créer une atmosphère émotionnelle autour de deux œuvres d’art – un tableau – une musique.

Enfin, les projets de recherche sont valorisés à travers des publications web de corpus de musique du XVe et XVIe siècle et les travaux scientifiques des chercheurs valorisés à travers la collection « Épitome musical » qui regroupe à la fois des éditions critiques, des monographies, des Actes de colloques et des éditions en fac-similés.